ID Connection

La différence entre les associations de représentation et les associations de réglementation

Publié par Patrick Voisin, 18 décembre 2017.

L’une des questions qui arrivent probablement le plus souvent dans les boîtes de réception des employés des Designers d’intérieur du Canada (DIC) est celle où l’on nous demande d’expliquer en quoi une association nationale diffère d’un organisme provincial de réglementation — la fameuse interrogation « Qui fait quoi ».

Bien que les deux institutions soient liées, et qu’elles partagent souvent des objectifs similaires, la plus grande différence réside dans la responsabilité relativement au comportement des membres. Pour illustrer ce propos, imaginons un grand terrain de jeux avec un ensemble de balançoires, un bac à sable et des tables de pique-nique. L’on peut comparer les DIC au terrain de jeux dans son ensemble — pour la profession du design d’intérieur, les DIC rassemblent sur ce terrain de jeux des intervenants, l’industrie, des gestionnaires de projet, des constructeurs, des entrepreneurs et autres professionnels, dans le but de les influencer à épouser la valeur qu’offre le recours à des designers d’intérieur agréés. Ensuite, les associations provinciales constitueraient l’ensemble de balançoires, que seuls les professionnels les plus qualifiés, déterminés par les associations provinciales, sont autorisés à utiliser. Le rôle des associations provinciales, ou organismes de réglementation, et de s’assurer que l’ensemble de balançoires est sécuritaire et que seuls les professionnels qualifiés l’utilisent.

Une association de représentation et de promotion, comme les DIC, informe ses membres sur les nouvelles et les tendances de l’industrie, représente les membres, qui peuvent ainsi être entendus sur une plate-forme nationale, dans le but de faire la promotion de cette profession et de la faire progresser. L’un des principaux objectifs des DIC est d’augmenter le nombre de membres et de continuer à les satisfaire, tout en tenant compte de l’éthique et de la compétence professionnelle des membres.
Pour leur part, les organismes de réglementation, ou associations provinciales, créent des normes de pratique, offrent des lignes directrices et des conditions, et imposent des sanctions pour faute ou inconduite — tout cela au nom de la protection du public, un atout bien nécessaire et précieux dans notre société.

L’association des DIC et les associations provinciales ajoutent toutes de la valeur pour les designers d’intérieur professionnels, mais leurs objectifs diffèrent — l’une sert les intérêts de ses membres à titre individuel, tandis que les autres responsabilisent les membres envers le public.

Membres d'industrie
Hunter Doulgas Arconas Knoll Shaw Contract Levey Industries PC350
Architex Mohawk Group Interface keilhauer Benjamin Moore Samsung
Altex Cosentino Midgley Williams Sonoma For The Trade Lauzon Caesarstone Canada